L’histoire de Donkervoort remonte à 1978, l’année où les premières Donkervoort quittèrent le modeste atelier de Tienhoven. Quelques années plus tard, l’entreprise déménagera à Loosdrecht. Enfin, en 2000 l’usine actuelle lumineuse et moderne fut construite sur un site à grande visibilité le long de  l’autoroute A6 à Lelystad. C’est dans cette usine que nous développons et construisons des voitures de sport avec un grand soin et beaucoup d’attention pour les détails. Tout est construit en interne, du châssis et des suspensions jusqu’à la carrosserie, en passant par les nombreux composants high-tech en carbone jusqu’à l’intérieur élégant de la voiture. En 2014, un deuxième établissement a été ajouté en Allemagne sur le circuit Bilster Berg Drive Resort. Cet établissement fut ensuite déménagé dans la Classic Remise de Düsseldorf en 2017.

Depuis ses débuts, Donkervoort a construit plus de 1 100 voitures de sport, d’abord avec des moteurs Ford, puis, à partir de 1999, avec des moteurs Audi. Cette étroite collaboration avec Audi nous permet, encore aujourd’hui, de construire des voitures de sport équipées des moteurs les plus fiables, puissants et compacts disponibles sur le marché.

Tienhoven-01

1978 – Le début

En 1978, Joop Donkervoort construit la toute première Donkervoort, la S7. Cette idée est née après qu’il ait acheté l’exclusivité d’importation pour les Pays-Bas d’une voiture basée sur la Lotus Super 7 inventée par Colin Chapman. Il s’avère cependant que cette voiture ne pourra jamais être homologuée aux Pays-Bas. Joop réalise alors que pour être homologué, le chassis doit être modifié. Il décide de faire le grand saut et crée une nouvelle marque de voitures de sport.

Tienhoven – S8

Avec le lancement de la Super Eight (S8), Donkervoort dit officiellement adieu aux voitures en kit. Au cours des premières années, quelque 140 S7 et S8 quittent le modeste atelier de Tienhoven.

Tienhoven-02
Loosdrecht-03

1983 – Loosdrecht

Rapidement, Donkervoort déménage vers une usine plus grande dans la commune voisine de Loosdrecht. C’est dans ce nouvel endroit que sera développée et construite la S8A. Une voiture plus moderne équipée notamment d’un tout nouveau châssis, de suspensions indépendantes et d’une injection électronique. Plus tard, la gamme Donkervoort sera complétée par la S8AT. Ce modèle sera doté d’un châssis plus large et d’un turbo qui lui confèrent 50 CV de plus.

1988 – D10

La D10 est présentée au le salon de l’automobile à Paris : il s’agit d’une édition limitée de seulement 10 exemplaires intégrant bon nombre d’innovations et d’améliorations par rapport à la S8A. Avec le nom de ce nouveau modèle, Donkervoort tire un trait sur le passé. La dernière référence à la Lotus Super Seven, le S, disparaît définitivement au profit d’une nouvelle lettre, le D.

D10-04
Loosdrecht-05

1992 – L’époque des D8 débute

En 1992, la dernière S8A est construite et une nouvelle motorisation est proposée. Il s’agit du moteur Zetec de chez Ford. Ce moteur est trop grand pour le châssis de la S8A (T) et c’est ainsi que naît la toute première D8, la D8 Zetec.

1994 – Encore plus sportive

À peine deux ans après l’introduction de la D8 Zetec, celle-ci subit une cure d’allégement. La D8 Zetec Sport est équipée des premiers éléments en fibre de carbone et les ailes longues font place à des garde-boue courts. Plus tard, la D8 Cosworth et sa variation Sport verront le jour.

zetec-sport-06
dkv-cup-07

1993 – 2001 – Donkervoort Cup

Pendant près de 10 ans, la Donkervoort Cup fut organisée par Donkervoort. Il s’agissait d’une catégorie de courses pour les conducteurs de Donkervoort enthousiastes et compétitifs. La Donkervoort cup proposait des courses aux Pays-Bas, en Allemagne, en Belgique et dans différents autres pays. C’était une des seules séries de courses où les pilotes pouvaient arriver avec leur voiture, participer à la course et ensuite rentrer chez eux avec cette même voiture. Souvent avec une coupe dans le coffre.

1999 – Début de la collaboration avec Audi

Dans les années 90, Donkervoort se met à la recherche d’un nouveau fournisseur de moteurs et reçoit un vif intérêt de différents leaders de l’industrie automobile. Parmi ceux-ci, il y avait le grand patron d’Audi à l’époque, l’Ingénieur Franz Josef Paefgen.

Avec Joop Donkervoort, il est le moteur du développement de la D20 qui devait devenir la nouvelle supercar de Donkervoort. Audi a mis en jeu non seulement son savoir-faire dans le développement des moteurs, mais la marque à également apporté son soutien sur de nombreux autres aspects du développement de la voiture.

audi-motor-08
D20-09

1999 – D20

La D20 devait devenir un modèle clairement supérieur aux Donkervoort équipées de moteurs Ford. Pour ce faire, la D20 fut conçue selon le principe transaxial: le moteur à l’avant et la boîte de vitesses à l’arrière. De plus, le châssis devint 6,7 fois plus rigide, l’aérodynamique fut grandement améliorée et les suspensions optimisées. Suite à des modifications dans la réglementation européenne au moment où la D20 devais passer les tests pour l’homologation. Il s‘avéra qu’une l’homologation de ce modèle était devenue impossible.

1999 – D8 Audi

Le projet D20 a permit de tirer des leçons sur de nombreux aspects. La nouvelle D8 reçoit un nouveau châssis, partiellement basé sur celui de la D20, mais considérablement plus rigide. Dans un premier temps, la D8 est équipée de 150 et 180 Ch. et montre déjà qu’elle est très efficace. Ce modèle annonce le début d’une nouvelle ère pour Donkervoort, celle d’une collaboration fructueuse avec Audi.

d8-audi-10
Lelystad-11

2000 - Lelystad

La nouvelle collaboration avec Audi donne naissance à de grands projets et les bons résultats commerciaux ont comme conséquence que Donkervoort se retrouve petit à petit à l’étroit à Loosdrecht. Avec l’idée d’un marché mondial et donc un nombre de production plus important en vue, il est décidé de construire une toute nouvelle usine avec une capacité de production d’environ 100 Donkervoort par an. En 2000, Donkervoort emménage dans ces nouveaux bâtiments situés près de l’autoroute A6 a Lelystad.

2003 – Fabrication du châssis en interne

L’ancien fournisseur de chassis britannique ne souhaitant pas faire les investissements nécessaires pour pouvoir répondre aux exigences en terme de qualité réclamés par Donkervoort. Donkervoort intègre la fabrication des châssis à ses activités à partir de 2003.

Chassis-12
d8-wt-13

2004 – D8 Audi (E-gas) Wide Track

Donkervoort procède également à d’autres améliorations. Avec la D8 Wide Track, la voie avant est élargie, et la D8 est également dotée d’un nouveau nez, de feux différents et d’autres améliorations. À partir de 2004, le chassis Wide Track est la base pour toutes les nouvelles Donkervoort.

2004 – 2006 – Record de tour sur la Nordschleife au Nürburgring

En 2004, après plusieurs années d’absence, Donkervoort Racing s’offre le prestigieux record du tour sur la Nordschleife au Nürburgring en Allemagne. Ce circuit de course est le plus attrayant et le plus exigeant d’Europe. Le record en place qui était était détenu par un marque allemande bien connue fut pulvérisé de pas moins de 15 secondes. Une prouesse qui fut renouvelée en 2006, cette fois avec une seconde de moins que le précédent record. Pour les connaisseurs, en 2005, Michael Düchting à fait un temps au tour de 7:14.89 !

Donkervoort ronderecord Nordschleife
270-rs-15

2006 – D8 270 RS

La D8 270 RS est créée en hommage au prestigieux record sur le circuit du Nürburgring. L’exploit réalisé sur la Nordschleife porta la marque sous le feu des projecteurs internationaux. La Donkervoort D8 270 RS, nommée après la D8 RS qui pulvérisa le record, fut proposée sous forme une série limitée de 25 exemplaires. Parmi les améliorations notables, la 270 RS avait une puissance portée à 270 CV et un nouveau nez qui offrait plus de place pour les radiateurs plus nombreux et plus grands. Le poids restant quasiment inchangé. La D8 270 RS pouvait se vanter d’être une des voitures les plus rapides jamais construites.

2007 – D8 GT

En 2007, la toute première Donkervoort dotée d’un toit rigide fut introduite à l’occasion du salon automobile de Genève. Comparée à la version roadster de la Donkervoort D8, la D8 GT était totalement renouvelée sur le plan technique. Des modifications importantes avaient notamment été introduites sous la carrosserie. La Donkervoort D8 GT devint la GT la plus légère au monde avec ses 650 kg. L’utilisation importante de la fibre de carbone contribua grandement à cette prouesse technique. La totalité du toit, l’ensemble de l’arrière de la voiture et même les portes et les ailes étaient conçus dans ce matériau high-tech.

d8-gt-16
GT4-17

2008 – FIA GT4 European Cup

Après l’introduction de la D8 GT en 2007, Donkervoort reçut une invitation de la FIA pour participer à une nouvelle série de championnats, le championnat FIA GT4. Un an et demi plus tard, Donkervoort Automobielen présenta les deux premières D8 GT en version préparées pour la course à l’occasion des 24 heures de Spa-Francorchamps. Les premiers kilomètres de ces voitures furent parcourus avec la rage de vaincre et le succès était à la clé. La Donkervoort D8 GT a immédiatement conquis la 1re et la 3e place dans sa catégorie. Et cela lors de sa toute première course !

2011 – Gagnant des 24H de Dubaï

Les bons résultats réalisés en course ont poussé la marque à participer à des courses d’endurance. La première possibilité s’est présentée lorsque Donkervoort fut invité aux 24H de Dubaï 2010 où la D8 GT se battait pour la première fois contre un plateau de voitures très varié. Il s’agissait de la toute première course d’endurance pour la D8GT. Ces courses d’endurance sont le moyen ultime pour tester l’endurance et la qualité de la voiture. Dans sa toute première course d’endurance, la D8 GT finit à la cinquième place dans la catégorie GT4 et à la 24e place au classement général. En janvier 2011, l’équipe de Donkervoort Racing participa pour la deuxième fois au 24H de Dubaï avec les pilotes Nick de Bruijn (NL), Denis Donkervoort (NL) et Stéphane Wintenberger (F). La Donkervoort D8 GT réussit alors à se hisser jusqu’à la première place dans la catégorie SP3-GT4 et finit 13e au classement général qui se composait de plus de 85 participants.

24h-dubai-18
intro-gto-19

Fin 2011 – Introduction de la D8 GTO

En décembre 2011, Donkervoort présenta à l’occasion d’une avant-première le tout premier prototype de la nouvelle D8 GTO.Cette Donkervoort de conception nouvelle, qui ne partageait plus que 5 % de pièces avec la D8 270 et quelque 30 % avec la D8 GT plus récente, est considérée comme la prochaine génération de Donkervoort.La D8 GTO est équipé d’un moteur cinq cylindres en ligne 2.5 TFSI de 340 CV d’Audi.En outre, la carrosserie se compose entièrement d’éléments composites au carbone.De plus, la D8 GTO est quelque 35 centimètres plus longue et 15 centimètres plus large que ses prédécesseurs.

2012 – Homologation européenne de petite séries

En 2012, la Donkervoort D8 GTO obtient l’homologation européenne « petite série » (ECSSTA). Celle-ci rend l’homologation des Donkervoort beaucoup plus simple dans tous les pays d’Europe mais également de de nombreux autres pays. Cette homologation garantit non seulement un haut niveau de qualité mais elle permet également à Donkervoort d’accéder à de nouveaux marchés comme la Russie, l’Europe de l’Est et les pays du Golfe.

eu-homologatie-20
1e-levering-gto-21

2013 – Première livraison de D8 GTO

Au cours de l’été 2013, les six premières D8 GTO sont livrées. Ces GTO Premium font partie d’une série limitée de 25 exemplaires avec des équipements très exclusifs. Une fois la livraison de toutes les GTO Premium effectuée, la fabrication des D8 GTO de série est lancée en 2014.

2014 – Ouverture d’un nouvel établissement en Allemagne

Fin 2013, Donkervoort décide de se développer vers l’Allemagne et renforce sa position sur le marché allemand. La nouvelle filiale, nommée Donkervoort Automobielen GmbH, est situé sur le Bilster Berg Drive Resort. Un tout nouveau circuit destiné aux essais et aux événements dans le Nord-Rhein-Westfalen. L’ouverture officielle de cette filiale prit place au printemps 2014.

bilster-berg-22